Communiqué de presse
10 février 2019

Les Genevois-e-s refusent de justesse une mesure de solidarité


L’initiative populaire Pour le remboursement des soins dentaires n’a pas passé la rampe, avec environ 55% des votantes et des votants qui se sont exprimés en sa défaveur. Le comité de soutien à l’initiative n’est pas parvenu à convaincre une majorité de votant-e-s et a manqué de moyens, notamment financiers, pour contrer les arguments fallacieux assénés par les opposants. Ses membres et soutiens continueront à s’engager résolument en faveur d’une meilleure prise en charge et d’un accès plus équitable aux soins, notamment dentaires.

Le Comité de soutien à l’initiative prend acte des résultats de la votation d’aujourd’hui sur l’initiative populaire Pour le remboursement des soins dentaires. Il regrette évidemment que l’initiative n’ait pas convaincu une majorité de la population votante. La droite et les milieux économiques sont parvenus, au prix d’un budget de campagne à six chiffres, à faire basculer la majorité des votants du côté du non, à travers une campagne mensongère, qu’une prise en charge solidaire des soins dentaires coûterait très cher et ne rembourserait que très peu d’interventions. De leur côté, les dentistes ont recouru à une propagande massive et indigne.

Les membres et soutiens du comité continuent de penser que les propositions formulées auraient permis d’améliorer l’égalité d’accès aux soins dentaires, d’en faire baisser les charges pour la majorité de la population, d’améliorer l’état de santé bucco-dentaire de la population et, à terme, de faire baisser les coûts de la santé. Nous encourageons vivement les populations des cantons de Neuchâtel, Valais et Tessin à saisir les opportunités qui se présentent à elles, à l’occasion des prochaines votations sur des initiatives similaires.

Dans le futur, il s’agira également de travailler à ce que soit prochainement porté ce débat au plan fédéral, tant du point de vue de l’intégration des soins dentaires aux prestations prises en charge qu’en matière de modalité de financement de la LAMal. Dans ce cadre, l’initiative a ouvert un débat public sur le mode de financement des frais de santé pris en charge. En proposant un contre-modèle à la LAMal, inspiré de l’AVS, le Comité a mis sur pieds une forme de financement plus solidaire et plus équitable que les primes par têtes de l’assurance maladie obligatoire. Il s’agira de faire vivre ce débat dans les mois et années à venir.

Le Comité d’initiative remercie chaleureusement les 45% de Genevois-e-s qui ont soutenu l’initiative. Cette votation aura pour le moins permis de mettre sur la table des discussions publiques la problématique de l’accès aux soins dentaires, de ses coûts et de l’opacité dans laquelle la médecine bucco-dentaire est exercée à ce jour en Suisse. Les membres et soutiens du Comité continueront de s’engager en faveur d’une meilleure prise en charge des soins dentaires et, plus généralement, d’une meilleure égalité d’accès aux soins.